Délégationde Meurthe-et-Moselle

Mission au Bangladesh

Protéger les femmes en difficulté

Dans les bidonvilles de la capitale, de nombreuses femmes se retrouvent en grande difficulté et très vulnérables. Le projet SAFE leur permet d’être informées ou protégées. Il vise aussi à faire évoluer leurs conditions de travail dans l’industrie textile.

SAFE

publié en mars 2015

Mardi 17 mars 2015, Magbazar, en périphérie de Dhaka

Dans plusieurs quartiers très pauvres de Dhaka, SAFE (Sustainable Approach for Fairness and Equity) offre un havre de paix dans les remous de la ville aux femmes qui vivent l’exode rural. Loin de leur village, elles trouvent moins facilement du travail que les hommes et sont plus vulnérables aux violences de la rue.

Les premiers pas d’un projet

Ce nouveau projet, démarré en février 2014, est animé par une équipe jeune qui agit sur tous les fronts : leur premier contact avec les femmes se fait dès la rue où trois animatrices prennent le temps de rencontrer, mettre en confiance, créer des liens… Cette première phase prend du temps, étant donné la méfiance engendrée par de mauvaises expériences vécues avec des ONG qui n’ont pas toujours mené leurs projets à terme. Au fil des rencontres, les personnes sont invitées à participer à des groupes sociaux. Chaque fois que cela est possible, les leaders de communautés sont impliqués dans la démarche.

Ces liens permettent alors de dispenser des informations dans tous les domaines ayant trait à la vie de femmes qui, la plupart du temps, sont employées dans l’industrie textile, dans des salons de beauté, ou encore sont domestiques ou livreuses de matériaux. Dans ces secteurs, elles sont particulièrement exposées au harcèlement, aux comportements violents et aux conditions de travail indignes. À travers le projet SAFE, Caritas offre une écoute et des conseils aux femmes concernées, les informe sur leurs droits, leur procure des soins et des conseils de santé lorsque c’est nécessaire. Un numéro d’appel, ouvert 24 h sur 24, leur permet d’ailleurs de bénéficier d’informations à tout moment.

Un lieu refuge

Arrivent aussi à SAFE des personnes violentées par leur mari ou leur belle-famille. Dans les cas les plus graves, elles peuvent accéder à un hébergement d’urgence pour quelques jours. Au moment où nous visitions les locaux, une très jeune femme venait d’arriver avec son bébé dans la nuit à la suite de problèmes avec son mari. De nombreuses violences conjugales découlent de conflits avec les belles-familles concernant le paiement de la dot, un sujet qui reste d’actualité au Bangladesh.

L’ensemble du projet s’appuie sur des partenariats que Caritas Bangladesh développe avec les acteurs les plus pertinents : l’association des avocates du Bangladesh (BWLA), la fédération des entreprises exportatrices de textile, la police, les leaders des communautés…

Les échanges avec l’équipe de SAFE ont fait écho aux situations que nous rencontrons dans le cadre des permanences d’accueil du Secours Catholique en France : le fait que les femmes victimes sont souvent murées dans le silence, la difficulté d’entreprendre une action en justice…

Pour Caritas Bangladesh, le projet SAFE est un modèle à démultiplier pour répondre aux besoins que rencontrent les femmes pauvres et migrantes dans le pays.

Imprimer cette page

Portfolio